Muses

Création 2018

MUSES … Un concert chorégraphique pour deux pianistes et deux danseuses …

Cette pièce révèle ma part féminine, ma passion féminine, une déclaration d’amour…

Des femmes qui m’inspirent, me séduisent, me font rougir… elles ont cette puissance, cette fragilité, cette folie qui me fait vaciller

Elles sont ma sensibilité, connaissent mes forces, mes déviances et me proposent l’idéal.

Oui ! elles sont ces muses qui agissent sur moi comme un aimant créatif et me donnent envie de les sublimer.

Les œuvres musicales choisies déroulent un tapis de danse propice pour traverser les états de corps et caractères que je veux mettre en scène.

Le Prélude est une danse animale, reptilienne où les corps glissent, s’imbriquent pour laisser apparaitre des formes étranges et des compositions picturales.

Une danse à même la peau portée par la sensualité envoûtante de la musique de Debussy et une transposition du faune de Nijinski en mante religieuse.

Deux bgirls qui deviennent le temps d’un prélude des sylphides charnelles, géométriques, inquiétantes.

Cet extrait de Carmen c’est l’arme et la beauté fatale ! le talon qui claque, le regard qui te défie et te désarme.

Des toreros au féminin qui évoluent dans un breakdance de caractère avec des bras imbibés de voguing, de krump, dans une mise à mort de l’énergie. 

Une gestuelle sanguine, séductrice, virtuose où la beauté excelle.

Dans la Danse Macabre de Saint-Saëns ce sont les pianistes qui prennent corps, à 4 mains, dos au public pour voir le squelette bouger et les muscles vibrer.

Une chorégraphie pianistique où la partition résonne dans les hauts du corps, un tableau de dos où les doigts glissent, apparaissent, disparaissent…

Le Boléro c’est une expérience qui disjoncte, un virus qui dérègle la partition, une version électro rock expérimentale à travers un champ de bataille féminin.

On y trouve une gestuelle minimaliste de finger tutting, un passage en revue de mouvements graphiques sophistiqués qui balayent les compartiments du corps.

Un concert « bolérique », bordélique qui saccage notre mémoire collective du Boléro. Pardon Mr Ravel !

Un concert chorégraphique où les pianos prennent l’espace, la danse caresse le clavier, les pianistes s’abandonnent aux mouvements et les arts s’imbriquent…

Anthony Egéa

Mentions obligatoires

Direction artistique : Anthony Egéa

Chorégraphie : Anthony Egéa

Direction musicale : Duo Jatekok : Naïri Badal & Adélaïde Panaget

Création musique électronique : Frank2Louise

Scénographie et lumières : Florent Blanchon

Costumes : Hervé Poeydomenge

Confection des costumes : Atelier de confection de l'Opéra de Limoges

Distribution : Interprètes piano :
Duo Jatekok

Interprètes danse :
Emilie Schram
Emilie Sudre

Production : Compagnie Rêvolution

Coproduction : Théâtre de Gascogne, scènes de Mont de Marsan
OARA – Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine
L’Odyssée – Scène conventionnée "Art et création" à Périgueux
Théâtre de Suresnes Jean Vilar
Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne
Le Moulin du Roc – Scène nationale de Niort
Le Fonds Artscène - Arts de la scène (en cours)

Soutiens : Cuvier de Feydeau – Ville d’Artigues-près-Bordeaux
Cinéma – Théâtre Le Parnasse – Ville de Mimizan
Centre Culturel des Carmes – Ville de Langon
Opéra de Limoges
Pôle en Scènes – Pôle Pik à Bron

Partenaires : DRAC Nouvelle-Aquitaine
Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine
Conseil Général de la Gironde
Mairie de Bordeaux


En partenariat avec la maison de pianos Feurich.

Crédits photos : MC Monin